La cheylétiellose

 

 

La cheylétiellose est une maladie dermatologique due à un petit acarien du genre Cheyletiella. Elle concerne les chats et les chiens mais également les lapins.

Ce parasite, qui se situe à la surface de la peau, se localise principalement en région dorsale et se nourrit de squames et de petits débris épidermiques.

La cheylétiellose est une maladie transmissible à l’homme chez qui elle provoque des démangeaisons.


Symptômes


Les principaux symptômes observés sont:


- des démangeaisons

- la présence de squames dans le pelage de l’animal parasité (ce sont de petits débris épidermiques,  l’équivalent des pellicules chez l’homme)

- des pertes de poils avec des zones où le poil est clairsemé ou complètement absent.

Si l’animal n’est pas traité suffisamment tôt, d’autres lésions peuvent apparaître comme des croûtes, un érythème (rougeur de la peau)...


Modes de contamination


Il s’agit d’une maladie fortement contagieuse.

Certains animaux sont porteurs du parasite mais ne présentent pas de symptômes. Ils peuvent néanmoins contaminer d’autres animaux.  

Les chiens et chats peuvent contracter le parasite par contact direct avec un animal atteint, ou de façon indirecte par l’environnement (en effet, les cheylétielles résistent plusieurs jours dans le milieu extérieur).

Ce parasite se rencontre fréquemment dans les collectivités. Il est plus fréquent chez les animaux à poils longs, bien que ceux à poils courts ne soient pas pour autant épargnés.


Diagnostic


En fonction des symptômes que présente le chien ou le chat, le vétérinaire peut émettre l’hypothèse d’une cheylétiellose.

Ce diagnostic sera confirmé de différentes façons:

- Parfois, le parasite peut être observé à l’oeil nu: la cheylétielle se présente sous la forme d’une petite pellicule blanche que l’on peut  voir bouger à la surface de la peau.

- Le vétérinaire peut aussi la visualiser au microscope, ainsi que les oeufs qu’elle pond à l’extrémité des poils.

- Si on réalise une coproscopie (analyse de selles), le parasite et ses oeufs sont bien souvent présents dans les selles. En effet, le chien ou le chat en se toilettant avale les cheylétielles et leurs oeufs, qui se retrouvent alors dans les excréments.


 







 








Cheylétielles observés au microscope








 





Traitement


Du fait de la grande contagiosité de cette maladie, il faut traiter l’animal parasité mais également tous les animaux qu’il côtoie.

Il existe plusieurs molécules permettant de tuer ces acariens et leurs oeufs. Le vétérinaire prescrira souvent des traitements locaux (shampoings, pipettes spot-on, lotions...). Dans certains cas des traitements par voie générale sont recommandés (comprimés, injections...). Il est indispensable que l’environnement soit nettoyé (aspirateur), puis traité avec des acaricides.

En prévention, il est conseillé de traiter systématiquement tout animal avant de l’introduire dans une collectivité (chenil, élevage...).



§



Pensez à consulter rapidement un vétérinaire si votre animal présente des symptômes de cheylétiellose. Il faudra le traiter au plus vite afin d’éviter qu’il ne vous contamine et qu’il ne contamine ses congénères. La cheylétiellose se soigne bien mais elle doit être prise en charge tôt et sur une durée suffisamment longue pour venir à bout de tous les parasites et de leurs oeufs.


 

 

 

Actualités

VETOPEDIA
Fiche conseil


Mon animal est opéré

Une intervention chirurgicale est toujours une étape angoissante pour le propriétaire. Il faut comprendre les enjeux d’une opération. N’hésitez donc pas à bien poser toutes vos questions à votre vétérinaire. 
Lire la suite

Mon compte
Inscription
Mon compte
Newsletter